Die Stiftung Stipendium Gerlacianum



Home




OriginalurkundeGerlacianum Blechkiste


Au nom de la Sainte Trinité. Amen!


Je soussigné Gerlacianus Grymersummanus annonce, après mûre réflexion pendant ma longue et grave maladie, que l´homme (comme les Saintes Ecritures et les prophètes en témoignent) n´est que terre, poussière et cendres, dont la vie est comme une fleur des prés ou des champs et n´ayant rien d´ autre à attendre que la mort et la résurrection grâce à Jésus Christ, notre seul sauveur et Bienfaiseur pour la béatitude et l´éternité.


Ainsi, j´ai dans cette expectative due à ma maladie, mais en pleine possession de ma raison et de mon intelligence, déclaré mes dernières volontés et testament, de façon à ce qu´ils perdurent éternellement en vertu de ceci.


Premièrement, j´ordonne, après la séparation de mon âme et de mon corps, laquelle est aux mains de notre Père tout puissant grâce au mérite, la souffrance, la mort et résurrection de notre Bienfaiseur Jésus Christ, que mon corps soit enterré honorablement.

Deuxièmement, concernant mes biens matériels, j´institue BENE IMEN, le fils de la demi-sœur de ma bénite mère, comme l´héritier légitime de mes biens. En cas de décès de ce même Bene Ihmen l´ héritier devra alors être SYDE, le frère aîné, et par la suite, mon frère bienaimé JACOBUS GERLACHIUS. Mon héritier devra avoir, conserver et bénéficier selon son plaisir de mes biens, petits et grands, ainsi que de ma bibliothèque, de mes armes, bombardes, vêtements, bijoux, de mon argent et de mon service en argent ainsi que de deux gobelets en argent et de tout ce qui fait partie de mes biens personnels, tout comme moi, le testateur, en ai hérité de mon père béni.


Troisièmement, moi, le testateur donne cinq cents Gulden d´Emden à Eggen Harmens, dont trois cents reviennent à Abbe Behrents et deux cents à mon frère.


Quatrièmement, je donne et lègue aux pauvres du Christ de Wirdum cent Gulden d´Emden, aux pauvres de Grimersumb cinquante Gulden et à la maison des pauvres d´Emden également cinquante Gulden, tout devant être versé comme mentionné ci-dessus en monnaie d´Emden, au cours de dix moutons pour un Gulden.

Et finalement je dépose, veux et décrète, délibéremment en vertu de ceci, qu´un ou deux descendants de la lignée paternelle de mes bienheureux et bienaimés parents puissent étudier. Dans la mesure où cet étudiant ou ces deux étudiants aient envie et soient aptes à étudier, qu´ils obtiennent de la succession et des biens suivants, par ma donation éternelle et testamentaire, pour leur subsistence les revenus, rentes ou intérêts des terres suivantes:

  1. A savoir onze Grasen de terre près de Wirdum, utilisées actuellement par Wills bojen

  2. Egalement trois et demie Grasen de terre, affermées par Haytet benen,

  3. Egalement douze Grasen de terres à Grimersum sur les terres du père bienaimé, mais cependant léguées par la mère

  4. Egalement neuf Grasen de terres à Fisquart, utilisées par Egbert Staal,

  5. Egalement neuf Grasen de terres à Fisquart, utilisées par Ayße Appen,

  6. Egalement trois Grasen de terres à Fisquart, utilisées par Styke Onnen,

  7. Egalement neuf des dix-huit Grasen de terres, qui sont au-delà des terres du père bienaimé, dont mon frère et moi avons hérité, mais n´avons pas divisées,

comme mentionné précédemment, mon héritier BENE IMEN ou son suppléant de la maison, des terres et du foyer à Wirdum, versera de ces sommes annuellement (et chaque année) à Saint Michel pour la subsistance du ou des étudiants, cinquante thalers inférieurs, chaque thaler au cours de quinze moutons, si quelqu´un souhaite se libérer de cette obligation de payer cinquante thalers annuellement et quitter le foyer, il devra s´acquitter de mille thalers inférieurs, au cours de quinze moutons, qui seront placés pour avoir des rentes dans divers domaines, ces cinquante thalers, ainsi que les revenus et bénéfices des terres citées précédemment, devront être donnés chaque année à une ou deux personnes pour leurs études et investis.



Et s´il n´y a pas de candidat parmi les descendants, alors la donation se fera à un étranger qui le désire afin de financer ses études.



Au cas où il n´y aurait aucune personne ni dans la lignée parternelle ou maternelle ni de personne étrangère qualifiée ou si cette personne ne souhaite pas étudier, alors je veux et ordonne que tous les bénéfices soient investis / placés ainsi que les bénéfices de ceux-ci / de ces placements afin qu´ils s´ accroissent aussi longtemps qu´une personne apte aux études soit trouvée, avec cependant de tout temps un accès privilégié pour toute personne d´une des deux lignées citées ci-dessus, le descendant étant le premier à utiliser la bourse mentionnée ci-dessus pour financer ses études. Une fois les études terminées, une ou deux autres personnes pourront recevoir la bourse et c´est ainsi ma volonté testamentaire, prière / demande et ordre, que mon cher frère Jacobus et Frederich Benen mettent en œuvre les dispositions nommées ci-dessus et qu´ils y veillent. Après leur mort, deux des aînés des lignées paternelle et maternelle devront leur succéder toujours et de tous temps comme curateur ou exécuteur de la bourse ci-nommée et de faire aboutir ma dernière volonté concernant la subsistance des étudiants. Tout ceci, comme écrit précédemment, est ma dernière volonté, mon testament, mes dispositions finales et mon dernier avis que je veux être mis en application de manière permanente et infrangible par les héritiers nommés précédemment, leurs suppléants et héritiers. Et pour le cas où ma dernière volonté ne pourrait être appliquée pro Solemni et nuncopativo, il faudrait alors grâce aux droits religieux et séculiers ainsi que des excellents us et coutumes de ce comté et des codices et coutumes en cas de décès, trouver une voie afin de la maintenir le plus exactement possible.



En attestation de vérité j´ai, moi, le testateur, signé et cacheté de mes propres mains mon testament et ma dernière volonté signés par les témoins sollicités.

Advenu dans la ville d´Emden en la demeure de l´honorable maire LUPPE SICKEN auff der hohen Fürkammen le 22 janvier de l´an de grâce 1600 suivant la naissance salutaire de notre sauveur et rédempteur Jésus Christ.



Je soussigné, Sibrandus Gerlachius, reconnaît ceci comme mon testament et ma dernière volonté.

A la demande du testateur signé de ma propre main et cacheté avec mon cachet. Stephanus Bacherus. M. doctor.



Wolter Von Dincklage solemniter ad hoc testimonium vocatus et rogatus subscripsi ut testis.



Habbo Fewen attestor manu propriae.

My Jan van Swoll comme témoin.

Ell. Cuelmann comme témoin sollicité.

Je soussigné, Christian zun Baxtart, reconnaît ce document comme ayant été fait eodem tempore et loco presentia omnium testium